16/05/2012

Morts Pour la France

 

Jusqu’à aujourd’hui, il est encore très difficile de donner un chiffre précis sur les soldats tombés durant ces 46 jours de combats de mai à juin 1940. Les sources sont trop divergentes et les analyses aussi. Pour le secrétariat aux anciens combattants dans les mois qui suivent la cessation des hostilités, le nombre des tués chez les tirailleurs sénégalais s'élève à 35000 hommes, ce chiffre n'étant pas définitif. En 1942 une note émanant du ministère de la guerre avance  4439 tués dont 245 officiers, 11504 disparus dont 88 officiers et 25516 prisonniers pour l'ensemble des troupes coloniales. Elles mêlent Européens et Africains et rend impossible toute exploitation sérieuse.[1] La numérisation des dossiers des soldats déclarés « Morts pour la France » par le ministère de Anciens Combattants achevée en 2010, pourra nous donner une idée du taux de pertes de troupes coloniales et nord-africaines. Il est à noter cependant pour avoir exploité certaines fiches que ces dernières sont pour certaines inexploitables, font doublon, ne précisent pas l’unité ni le lieu du décès. Le bulletin des anciens de la 4e DIC de juin 1948 donne comme chiffres : 50 officiers tués, 313 s/officiers et 739 tirailleurs morts retrouvés dans la zone des combats. Ces données excluent les blessés morts dans les hôpitaux et les tirailleurs morts en captivité.

 

 

 

cimetière de Lyon.jpgDès la fin des hostilités en juin 1940, l’idée d’honorer les soldats d’Afrique morts pour la France en zone libre verra le jour, mais sera l’œuvre d’initiatives individuelles ou d’association de vétérans. Le Tata de Chasselay près de Lyon sera inauguré en 1942. Y reposent 188 tirailleurs et soldats avec leurs officiers. Dont 166 exécutés après capture. Il faudra attendre les années 50 pour que l’ensemble des sépultures des tirailleurs sénégalais soient rassemblées dans des nécropoles nationales comme on le fit au sortir de la Grande Guerre.

 

« Fleur de Guerre »

 

J’ai trouvé cette fleur sur le vieux champ de bataille

 

Et la fleurette bleue

 

Est pour mes yeux

 

Un souvenir de paix

 

Je sens encore en moi ton parfum amoureux

 

De ce beau temps jadis où nous fûmes heureux

 

O mon cœur

 

Dis-moi si cette fleur

 

Est pour moi présage de bonheur

 

Ou bien si dans l’atroce tourment,

 

Je verrai la mort,

 

Ah l’horrible mort ! La mort, la mort !

 

Louis Torcatis. Martyr de la Résistance assassiné en 1944. Officier de réserve au 3e RIC ancien du 24e RTS. Document de Mr Guy Torcatis à l’auteur.

 



 

 

[1] Sources CHETOM 15H124

 

22:28 Écrit par excalibur6640 dans Blog, Film, Histoire, Jeux, Livre, Loisirs, Musique, Science, Shopping, Sport, Voyage, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.